L’armure

L’armure nous permet de connaître les 7 notes de la gamme en nous disant lesquelles sont altérées. Pour cela, on écrit les altérations après la clé (et avant les chiffres de mesure). On dit d’ailleurs « il y a trois bémols à la clé » – ça signifie que l’armure est de 3 bémols.

Les bémols apparaissent toujours dans le même ordre : si mi la ré sol do fa. Cela signifie que dans un morceau qui a 3 bémols à la clé, ce sont les SI, les MI et les LA qui seront bémol. Pendant tout le morceau (sauf si un bécarre apparaît : le bécarre sert justement à annuler momentanément une altération).

Dans l’armure, les altérations apparaissent toujours dans le même ordre (voir le chapitre sur l’échelle des quintes).

ordre des bémols :
si mi la ré sol do fa

ordre des dièses :
fa do sol ré la mi si

Exemples :

  • S’il y a 1♭ à l’armure, ça signifie que tous les si sont bémol.
  • S’il y a 2♭ à l’armure, ça signifie que tous les si et mi sont bémol.
  • S’il y a 3♭ à l’armure, ça signifie que tous les si, mi et la sont bémol.
  • S’il y a 1♯ à l’armure, ça signifie que tous les fa sont dièse.
  • Etc.

Les altérations « à la clé » (l’armure) valent pour tout le morceau et pour toutes les notes du même nom (quelque soit leur hauteur : fa grave ou fa aigu, peu importe). Les altérations « accidentelles » (qui ne sont pas à l’armure mais qui apparaissent en cours de morceau) ne valent que pour les notes de même hauteur jusqu’à la barre de mesure.


Exercices

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Thème : Overlay par Kaira.
Bruxelles, Belgique