Chiffrage d’accord

Pour chiffrer les accords, on écrit les intervalles formés à partir de la note de basse.

Quelques conventions :

  • On peut ne pas écrire le chiffre « 3 ». Si rien n’est écrit, on peut donc déduire qu’il faut jouer (ou écrire) une tierce. De la même manière, on peut également ne pas écrire le chiffre « 5 ».
  • Les intervalles diminués sont barrés.
  • Le signe + est placé devant l’intervalle qui donne la note sensible (dans l’accord de dominante).

Chiffrage de l’accord parfait :

  • état fondamental : accord de quinte. Basse = note fondamentale.
  • 1er renversement : accord de sixte. Basse = note de tierce.
  • 2ème renversement : accord de sixte et quarte. Basse = note de quinte.

Chiffrage de l’accord de septième de dominante :

  • état fondamental : le « + » est en fait un « +3 » : souvenez-vous qu’on peut ne pas écrire le chiffre 3. Basse = note fondamentale.
  • 1er renversement : sixte et quinte diminuée. Basse = note de tierce.
  • 2ème renversement : la sensible est une sixte au-dessus de la note de basse. Basse = note de quinte.
  • 3ème renversement : la sensible est une quarte au-dessus de la note de basse. Basse = note de septième.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Thème : Overlay par Kaira.
Bruxelles, Belgique